Message de voeux du directeur général à l’occasion du nouvel an 2022

Message de voeux du directeur général à l’occasion du nouvel an 2022

À l’occasion du nouvel an 2022 , je tiens à présenter mes meilleurs voeux de bonheur santé et prospérité à l’ensemble du personnel du centre international de presse Je ne manquerai pas en cette occasion pour exprimer mon profond respect et toute ma satisfaction aux efforts fournis , votre sens de responsabilité et votre assiduité malgré les moments difficiles que traverse notre entreprise Je ne ménagerai aucun effort pour oeuvrer dans le sens du rétablissement de vos droits , ainsi qu’ au développement des conditions de travail pour permettre à chacun de vous de faire preuve de ses compétences et developper ses capacités étant confiant du rôle major de chacun de vous pour faire face aux nouveaux défies qui nous attendent cette nouvelle année où nous devons tous contribuer efficacement au succès de notre mission et rehausser l’image du CIP au sain du paysage médiatique et aller de l’avant pour améliorer Et persévérer nos acquis.

Le Directeur Général

MAMMERI Raouf

 

8 000 Palestiniens arrêtés par les forces d’occupation au cours de l’année 2021

RAMALLAH – Pas moins de 8 000 Palestiniens ont été arrêtés par les autorités de l’occupation israéliennes durant l’année 2021, ont révélé des associations s’occupant des affaires des prisonniers dans un rapport annuel conjoint.
Au total, 8 000 Palestiniens ont été arrêtés par les autorités de l’occupation israéliennes durant l’année précédente, et 4600 prisonniers, dont 34 femmes, croupissent actuellement dans les geôles israéliennes, selon le rapport de l’Autorité chargée des affaires des prisonniers et ex-prisonniers, le club du prisonnier palestinien, la Fondation Addameer et le Centre d’information Wadi Hilweh-El Qods).

L’on compte aussi pas moins de 160 enfants et 500 détenus administratifs dans les prisons israéliennes. 600 prisonniers malades, dont quatre atteints de cancer, se trouvent également dans les geôles de l’occupation, dans des conditions déplorables. Au cours de l’année 2021, 227 prisonniers palestiniens ont été tués, à la suite de la politique illégale de négligence médicale, selon la même source qui ajoute par ailleurs que 547 prisonniers sont condamnés à perpétuité.
L’occupation détient toujours les corps de 8 prisonniers palestiniens, dont: Anis Dolah, succombé en 1980 dans la prison d’Askalan, Aziz Aweisat en 2018, Fares Baroud, Nassar Taqatqa, Bassam Al-Sayeh, tués en 2019, Sadi Al-Gharabli, Kamal Abu Waar, tué en 2020 et Sami Al-Amor tué en 2021.

La Charia indique la nécessité de prendre en compte les mesures préventives prises: Appel à aller se faire vacciner

La Commission ministérielle de la Fatwa a appelé jeudi les citoyens à respecter les consignes des services médicaux et à aller massivement se faire vacciner contre la pandémie de Covid-19, mettant en garde contre les rumeurs circulant autour de ce vaccin.

« Au vu de l’évolution préoccupante de la situation épidémiologique de la pandémie du Coronavirus, et au regard de la vague dangereuse que connaissent beaucoup de régions dans le monde, il est impératif de respecter les consignes des services médicaux en Algérie et dans le monde et d’aller massivement se faire vacciner », lit-on dans le communiqué de la commission qui a estimé « nécessaire d’atteindre une immunité collective », et ce conformément « aux dispositions de la Shari’a et au principe selon lequel les jurisprudences islamiques se référent à l’expertise scientifique en la matière ».

A ce titre, la commission a mis en garde contre « la diffusion et la circulation des rumeurs », et a souligné que cela « entraine la discorde (Fitna) et la désinformation, interdites par notre noble religion », relevant en revanche la nécessité de puiser les informations correctes de leurs sources officielles ».

La Commission ministérielle de la Fatwa a par ailleurs mis en avant la nécessité de faire montre de vigilance et de l’esprit de solidarité entre les citoyens afin de mettre en œuvre les mesures de prévention et d’atteindre la discipline communautaire, en insistant sur l’importance d’orientation à même de contribuer à la sécurité sanitaire ».

Pour la Commission,  » parmi les obligations religieuses sûres requises par le devoir du temps, figure le retour strict vers la prise en compte de la prévention du Coronavirus, dont  » l’utilisation du masque protecteur, la distanciation physique, le souci de l’hygiène continue et autres mesures connues par tous les citoyens et qui contribuent à la préservation des vies humaines ».

Indiquant que « les textes, les bases et les portées de la Charia indiquent la nécessité de prendre en compte ces mesures préventives prises, notamment dans les espaces publics », la Commission a relevé que ceci « ne doit pas être pris à la légère, étant donné que ça relève des limites qui ne doivent pas être transgressées ».

La Commission de la Fatwa rappelle les fidèles et les personnes en charge des mosquées, l’importance de « revenir à la concrétisation du niveau civilisationnel élevé de respect strict des mesure préventives qu’ont connu les mosquées, soit dans la prière collective, la prière de vendredi, ou dans les salles d’ablution et toutes les structures y afférentes, telles que la distanciation physique,le port du masque protecteur, l’utilisation des tapis personnels et la prise en compte de l’hygiène et des moyens de prévention ».

 

57e anniversaire du déclenchement de la Révolution palestinienne : détermination à récupérer la terre sacrée

L’ambassadeur de Palestine à Alger, Fayez Mohamed Mahmoud Abu Aita, a réaffirmé que le peuple palestinien restera toujours attaché à sa terre  et à ses principes et continuera sa révolution jusqu’à la victoire, assurant que le peuple est uni malgré les complots tramés contre lui.

A l’occasion de la célébration du 57e anniversaire du déclenchement de la révolution palestinienne, le diplomate a rappelé, lors d’une cérémonie, organisée, jeudi dernier, au siège de l’ambassade de Palestine, les débuts de la création du mouvement Fatah par les martyrs Yasser Arafat et Khalil Al Wazir, et l’ouverture du premier bureau en Algérie.
«Nous sommes ici depuis le début jusqu’à aujourd’hui et jusqu’à l’instauration de l’Etat palestinien indépendant et la fin de l’occupation sioniste sur notre terre. Nous sommes ici sur le sol algérien, nous avons l’aide et le soutien de l’Algérie, peuple et Etat». En dépit de la politique barbare menée par l’entité sioniste contre les habitants des terres colonisées, les Palestiniens sont plus que jamais attachés à leur patrie, plus de cinq millions de Palestiniens sont à l’intérieur. Il a affirmé que toutes les communautés à l’étranger, y compris celle qui se trouvent en Algérie, réitèrent leur engagement et leur attachement à leur droit légitime, dont le retour à leurs foyers.
«Le mouvement Fatah qui mène toujours la lutte de libération pour l’indépendance, avec toutes les parties palestiniennes et le peuple, ne cessera pas la lutte quel qu’en soit le prix jusqu’à l’instauration de l’Etat palestinien, avec Al Qods comme capitale. Nous réaffirmons notre attachement et nous continuons notre lutte légitime, peu importe les sacrifices et les complots contre nous.»

«Le mouvement Fatah n’a jamais dévié de ses objectifs»

De son côté, le secrétaire du Fatah, section d’Algérie, Youcef Abed, explique que le mouvement a commencé sa lutte par une opération armée menée le 1er janvier 1965 et que le Fatah n’a pas dévié de ses objectifs en portant le projet national palestinien fidèle aux luttes de son peuple et à la cause nationale. «57 ans de fidélité à cette révolution et pionnier de notre lutte, nous demeurerons un phare de la cause palestinienne», a-t-il promis avant de saluer l’Algérie, Etat et peuple, pour son soutien indéfectible à tous les peuples colonisés.

«Nous apprécions l’invitation du Président Tebboune»

L’ambassadeur palestinien a souligné : «Nous apprécions l’invitation du Président Tebboune consistant à réunir toutes les factions palestiniennes en Algérie pour s’entendre sur l’unité nationale et un programme politique commun qui rassemble tous les Palestiniens. Merci à l’Algérie et à la communauté palestinienne en Algérie. Évoquant Yasser Arafat, le diplomate palestinien a qualifié ‘‘Abou Amar’’ de symbole du nationalisme, qui disait : «Nous aurons la victoire et l’Etat palestinien avec El Qods comme capitale».

Prix national de l’artisanat et des métiers : L’empreinte du patrimoine et de l’histoire

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat a présidé, au Centre international des conférences d’Alger, la cérémonie de remise de prix de la 19e édition du Prix national de l’artisanat et des métiers 2021, en présence de plusieurs membres du gouvernement et honoré sept artisans pour la qualité et l’originalité de leurs produits artisanaux.

Yacine Hammadi a estimé à cet effet que l’artisanat et les métiers en Algérie sont un «précieux» patrimoine culturel, civilisationnel et historique et une activité économique «importante» dans les économies des nations.
«Eu égard à son importance et à son rôle dans le développement, nous avons mis en place diverses politiques, des mécanismes et autres programmes, tels que la politique de soutien financier, des programmes de formation et des incitations pour porter l’artisanat au plus haut et ouvrir le volet du partenariat et de la participation intensive aux salons internationaux pour faire connaître le produit ‘‘made in Algeria’’», a-t-il expliqué, jugeant nécessaire «d’harmoniser» les efforts des artisans à travers leur créativité et leur innovation artistique pour «préserver» ce patrimoine authentique. Et d’ajouter : «Il faudra améliorer la qualité du produit traditionnel et artisanal, étant donné l’importance et la symbolique de cette industrie qui reflète le patrimoine et l’histoire de la nation et porte en elle une dimension civilisationnelle et culturelle, économique et créative».
Le ministre mettra en avant l’importance d’une telle initiative qui témoigne de la reconnaissance de son département aux artisans qui s’appuient sur l’innovation haut de gamme et indiquera que la compétitivité, à travers des produits créatifs et distingués, exprime pleinement la «diversité culturelle et civilisationnelle» de notre pays. Il a réitéré l’appui de l’Etat aux artisans et leur accompagnement afin d’élever leurs capacités créatives, productives et compétitives, et leur permettre de s’adapter aux mutations sociales, économiques et technologiques, en plus des programmes lancés dans le but de promouvoir les artisans et les institutions artisanales dans la gestion de la qualité.
«L’effort des pouvoirs publics vise à faire de l’industrie traditionnelle une source de développement et de création de postes d’emploi. Nous croyons fermement que ce secteur possède des capacités de croissance très élevées, et nous invitons tous les artisans à poursuivre leurs recherches pour acquérir des connaissances et des compétences techniques, à se dévouer au travail et à améliorer les capacités de production dans toutes les activités de l’industrie traditionnelle et de l’artisanat».
L’amélioration de la qualité du produit artisanal le fera accéder avec confiance aux marchés locaux, régionaux et internationaux. «C’est le message que nous voulons insuffler aujourd’hui en nous engageant dans la poursuite du savoir-faire et de la créativité».

1er prix à Salah Malki de Constantine

Le Prix national de l’artisanat et des métiers a été décroché par l’artisan Salah Malki de Constantine pour son plateau ciselé en cuivre jaune. Le deuxième prix est revenu à Islam Ben Osmani de Tipasa pour son travail du bois. Le podium est complété par Houria Sifia de Ghardaïa qui a confectionné un tapis traditionnel à poils noués. 15 candidats ont été sélectionnés après une compétition qui a réuni près de 300 postulants de 46 wilayas.