Covid-19: nécessité de prendre en charge les patients dans les hôpitaux

ALGER – Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a mis l’accent, lundi à Alger, sur l’impérative prise en charge des patients Covid-19 dans les hôpitaux, mettant en garde contre tout refus d’accueil des citoyens au niveau des structures hospitalières qui disposent de « tous les moyens matériel et humain » pour faire face au virus.
S’exprimant lors d’une réunion d’évaluation avec les directeurs locaux de la Santé et les directeurs d’hôpitaux, tenue via visioconférence, en présence de cadres de l’administration centrale et de membres de la commission scientifique, M. Benbouzid a mis en garde les directeurs des hôpitaux contre tout refus d’accueil des malades ou leur transfert vers un autre hôpital sous prétexte d' »un manque de lits ».

« Dans les cas exceptionnels, l’hôpital est tenu d’effectuer des appels pour garantir un lit au malade dans un autre hôpital en prenant en charge son transfert via ambulance », a affirmé le ministre.

En prévision d’une 4e vague de Covid-19, le ministre a insisté sur l’impératif « d’éviter les erreurs et les lacunes enregistrées par son secteur durant la 3e vague du virus », soulignant « la disponibilité de tous les moyens matériels et humains nécessaires pour faire face à la pandémie ».

« Le manque d’oxygène était le plus grand problème auquel a été confronté l’Algérie le mois de juillet dernier », a rappelé le premier responsable du secteur qui a appelé les directeurs des hôpitaux à « se mobiliser et à mettre en place les quantités suffisantes, notamment avec la hausse de la production par rapport aux périodes précédentes, en sélectionnant la qualité, outre la fourniture d’un nombre suffisant des lits de réanimation ».
Relevant « la possibilité de recourir à des lits ordinaires de réanimation en cas de disponibilité des quantités suffisantes d’oxygène dans le souci d’éviter le manque enregistré dans les hôpitaux durant la 3e vague », M. Benbouzid a fait savoir que « certaines erreurs rencontrées dans le passé étaient dues à la mauvaise gestion ».

M. Benbouzid a rappelé ses précédentes instructions relatives à la mobilisation d’hôpitaux et de services Covid-19, selon le recensement de la population et les cas qui y sont enregistrés, et sans préjudice aux spécialités de grande importance, telles que les services de lutte contre le cancer, d’obstétrique et de gynécologie, de réanimation, de chirurgie générale, d’urgence et de pédiatrie.

A cet égard, il a révélé que 5 hôpitaux ont été dédiés à la lutte contre la pandémie à Alger, et au moins deux (2) hôpitaux dans chaque wilaya pour éviter la pression.

Il a également donné des instructions pour doter tous les hôpitaux d’un stock de médicaments nécessaires, notamment les anticoagulants, soulignant la disponibilité du ministère à les accompagner.

Pour une prise en charge plus efficace des patients, le ministre a appelé à charger une équipe de permanence au niveau de chaque direction de la santé à travers les wilayas pour répondre et être à l’écoute des préoccupations des citoyens 24h/24.
M. Benbouzid a souligné la nécessité « d’une préparation permanente, notamment au niveau des urgences, pour faire face à toute urgence, d’autant plus que la bataille contre le virus ,a-t-il dit, » est toujours en cours et que le nombre de cas est en hausse ».

Le ministre des Affaires religieuses reçoit l’ambassadrice des Pays-Bas à Alger

ALGER-Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs,Youcef Belmehdi, a reçu lundi l’ambassadrice du Royaume des Pays-Bas à Alger, Mme Janna Van Der Velde avec laquelle il a examiné les moyens de promouvoir la coopération bilatérale, notamment en matière de prévention contre l’extrémisme violent, indique un communiqué du ministère.

La rencontre qui s’est déroulée au siège du ministère intervient dans le cadre « d’une visite de courtoisie effectuée par l’ambassadrice des Pays-Bas au ministre du secteur », et porte sur « la promotion des relations de coopération entre les deux pays en matière de gestion des affaires religieuses, notamment la mise à profit de l’expérience algérienne dans la prévention contre l’extrémisme violent », précise le communiqué.

Elections en Libye : Techniquement tout est prêt

Le chef de la Haute Commission électorale nationale libyenne, Imad el-Shadelli al-Sayeh, a affirmé qu’ «il n’y avait aucun problème technique à tenir les élections à la date prévue», soit le 24 décembre prochain. «Techniquement, nous n’avons aucun problème pour tenir les élections à la date prévue», a-t-il assuré dimanche dernier. Et de poursuivre : «Il n’appartient pas à la commission électorale d’annoncer le report des élections, seul le Parlement est habilité à donner l’ordre de les annuler ou les reporter», rapporte l’agence de presse libyenne.

Journées d’Annaba du court-métrage : ‘‘Djamila Fi zamane El Hirak’’ couronné meilleure fiction

ANNABA- Le film ‘‘Djamila Fi Zamane El Hirak’’ (Djamila au temps du Hirak) du réalisateur Abderrahmane Harrath d’Annaba a été couronné meilleur court-métrage de fiction lors de la 14ème édition des journées d’Annaba du court-métrage, clôturées dimanche soir.
Le prix du meilleur court-métrage musical (vidéo clip) a été décerné au jeune Nezzar Ardaoui d’Annaba pour son vidéoclip ‘‘Hazine’’ (Triste), tandis que le prix du meilleur court-métrage publicitaire est revenu au cinéaste Yacine Mehdi Mikoura pour son court-métrage ‘‘Planète santé’’.

En sept minutes, le film ‘‘Djamila Fi Zamane El Hirak’’ met en lumière la catégorie des sans domicile fixe au travers du quotidien de Djamila au cours du Hirak du 22 février.

Selon le réalisateur, ce film est la concrétisation d’un rêve cinématographique au travers duquel il a voulu lever le voile sur le quotidien dur de cette catégorie de la société, en dirigeant la caméra de son potable sur Djamila, filmant son attitude et les expressions de son visage reflétant tantôt le désespoir tantôt l’espoir.

Le court-métrage publicitaire récompensé représente un spot sur un centre de santé spécialisé en massage et thérapie alternative de la ‘’Hijama’’, alors que le meilleur court-métrage musical raconte l’histoire d’un orphelin et sa vie pénible.

Ouverte samedi, la 14ème édition des journées d’Annaba du court-métrage a mis en lice 23 courts-métrages dans les catégories du court-métrage de fiction, du court-métrage musical et du court-métrage publicitaire, dont 10 sont l’œuvre de jeunes cinéastes de la wilaya d’Annaba.

Cette manifestation a été organisée par la Direction de la culture et des arts en coordination avec l’association ‘‘Lumière de la Méditerranée’’ d’Annaba et la maison de la culture Mohamed Boudiaf.

CAN-2021 : Motsepe confirme le déroulement de la 33e édition au Cameroun à partir du 9 janvier

YAOUNDE- Le président de la Confédération africaine de football (CAF) le Sud-africain Patrice Motsepe, a dissipé les derniers doutes, en confirmant le déroulement de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2021 (reportée à 2022) au Cameroun, à ses dates fixées initialement (9 janvier – 6 février).
« Je serai au Cameroun le 7 janvier avec ma petite famille et mes enfants pour la CAN, qui commence le 9 janvier », a déclaré le patron de la CAF aux médias, en marge d’une visite au stade d’Olembé (Yaoundé), qui abritera le match d’ouverture le 9 janvier entre le Cameroun et le Burkina Faso.

Patrice Motsepe est arrivé ce lundi à Yaoundé, où il a eu des discussions avec les autorités camerounaises sur les derniers préparatifs. Il été accompagné par son 1e vice-président le Sénégalais Augustin Senghor et du secrétaire général de la CAF, le Congolais Veron Mosengo-Omba.

« Je suis fier de ce qui a été accompli jusque-là au Cameroun dans le cadre de ses préparatifs pour la CAN-2021. Je pense que le prochain tournoi sera le plus réussi dans l’histoire de la compétition. Nous devons croire en nos peuples », a-t-il ajouté.
Dimanche, des médias ont rapporté la tenue à Doha (Qatar) d’un Comité exécutif de la CAN, qui s’est déroulé en visioconférence, qui a confirmé le maintien de la compétition au Cameroun aux dates prévues. La majorité des membres du COMEX ont refusé de reporter le tournoi, contrairement à ce que souhaite la Fédération internationale (Fifa).

L’Association européenne de football (ECA) et la Premier League anglaise, ont menacé récemment de ne pas libérer les joueurs africains en raison de la recrudescence du Covid-19.

L’équipe algérienne de football pourra ainsi défendre son titre décroché en 2019 en Egypte dès janvier prochain. Les « Verts » évolueront dans le groupe E, en compagnie de la Sierra-Leone, de la Guinée équatoriale, et de la Côte d’Ivoire. L’Algérie entamera le tournoi le 11 janvier face au Sierra-Leone au stade Japoma de Douala (14h00).