Le scrutin sous l’œil des médias, Presse étrangère : Le CIP à la page

Rencontrée samedi au Centre international de la presse, la correspondante de la chaîne de télévision arabe «Al-Hurra», Narimène Keddache, s’est exprimée sur la couverture médiatique de cet événement qui marque le parachèvement du processus du renouveau institutionnel pour l’Algérie Nouvelle.

«A l’instar des dernières élections législatives, pour notre équipe de journalistes, l’organisation des élections locales et de wilaya s’est bien déroulée, sans difficulté aucune. Depuis la matinée du scrutin, nous avons sillonné quelques bureaux de vote dans la wilaya d’Alger et avons constaté la bonne organisation de cette manifestation démocratique, bien incrustée dans le processus de changement recherché». Elle soulignera également que cette journée du 27 novembre est cruciale pour la politique du président Tebboune qui aspire à en finir avec les attitudes constatées les deux dernières décennies et par là concrétiser son engagement de réformer toutes les institutions de l’état.
«La couverture du scrutin en lui-même est un évènement démocratique par excellence et cela intéresse fortement notre chaîne médiatique qui soutient depuis sa création tous les processus démocratiques dans le monde. Al-Hurra assure la couverture médiatique de tout évènement démocratique et le met en lumière, notamment ces élections qui s’inscrivent dans la voie du changement emprunté par l’Algérie».
Le correspondant de la chaîne d’information télévisée en langue arabe Al-Ghad TV, Karim Kandouliil, quant à lui, a exprimé sa satisfaction des énormes moyens humains et matériels mobilisés pour l’organisation du scrutin et la facilitation accordée aux médias étrangers, qui n’ont trouvé aucune difficulté dans l’accomplissement de leur métier. «L’organisme chargé de toute opération électorale et référendaire, l’ANIE, a commencé à acquérir de l’expérience avec la presse et, en tant que presse étrangère, nous avons assuré la couverture de l’élection présidentielle, au cours de laquelle nous avons constaté la bonne organisation avec le respect du protocole sanitaire». Depuis le début du scrutin, l’équipe de correspondants de la chaîne émiratie a interviewé et effectué des sonores avec des citoyens et des ministres rencontrés dans les bureaux de vote. Comme à son habitude le Centre international de de presse (CIP) a mis tous les moyens nécessaires à la disposition des médias. Abderraouf Maameri, directeur général du CIP, a mis en avant les efforts déployés pour assurer aux journalistes une bonne couverture médiatique avec une prestation adaptée aux exigences des journalistes tous types de médias confondus. 70 employés du centre ont été mobilisés durant toute la période des élections.

EL MOUDJAHID

Beldjoud reçoit le ministre libyen de l’Intérieur

ALGER- Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Kamal Beldjoud a reçu, dimanche au siège de son département ministériel, son homologue libyen Khaled Tijani Mazen qui effectue une visite de travail d’un jour en Algérie.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de la rencontre, le ministre libyen a indiqué que les deux parties sont convenues de renforcer la coopération dans le secteur de l’Intérieur, annonçant l’installation de comités techniques entre les deux ministères devant s’atteler à l’examen de plusieurs points, dont l’instruction des policiers et la prise en charge des ressortissants des deux pays.

La rencontre a porté également sur la réouverture des postes frontaliers en vue de faciliter la circulation des marchandises et des transporteurs de marchandises libyennes, mais aussi algériennes, l’objectif étant de contribuer à la réduction de la cherté des prix, notamment dans le sud libyen, a ajouté M. Mazen

Pour sa part, M. Beldjoud a indiqué avoir évoqué avec son homologue libyen la coordination entre les deux ministères dans plusieurs domaines, faisant état « d’une convergence de vues sur nombre de dossiers ».

Selon le ministre, les deux parties sont convenues de « l’ouverture du poste frontalier terrestre de Debdeb et du renforcement de la coordination concernant la formation en matière de police et de protection civile », soulignant « la poursuite de l’action commune et la coordination entre les deux ministères à l’avenir au mieux des intérêts des deux peuples et des deux pays liés par de relations fraternelles et une histoire commune ».

L’audience s’est déroulée en présence du directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Zineddine Farid Bencheikh et de cadres du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire.

APS

5e édition du Concours International de récitation du Saint Coran à Dubaï : Sonia Belatel remporte la quatrième place

ALGER- L’Algérienne Sonia Belatel a remporté la quatrième place au concours international de récitation du Saint Coran, à Dubaï (Emirats Arabes Unis), dans sa cinquième édition.

La récitante algérienne Belatel, originaire de la wilaya de Sétif, s’est classé quatrième dans la récitation du Saint Coran, selon les résultats annoncés, samedi soir, par le comité d’organisation du concours international de récitation du Saint Coran à Dubai (Dubai International Holy Qur’an Award) qui a vu la participation de 50 pays.

La récitante a déjà participé à la manifestation de la Semaine nationale de récitation du Saint Coran en Algérie dans sa 19e édition, et à cette époque, elle avait décroché la troisième place dans la catégorie des moins de 25 ans.

Elle avait également obtenu, au cours de la même année, la deuxième place dans la récitation du Saint Coran avec psalmodie et bonne performance au 12e Concours international hachémite (Jordanie) de récitation et de psalmodie du Saint Coran.

Il est à noter que les première places du Concours international du Saint Coran des Emirats arabes unis, qui a été lancé le 20 novembre, sont revenus respectivement à des candidats d’Egypte, des Etats unis et de Kenya.

APS

Covid-19: la proposition africaine en faveur de l’équité vaccinale fortement soutenue à l’UIP

ALGER – La proposition du Groupe africain participant à la 143e Assemblée de l’Union interparlementaire (UIP) qui se poursuit à Madrid (Espagne) jusqu’au 30 novembre courant, concernant l’équité vaccinale dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, a été unanimement plébiscitée et adoptée sans vote.

« La proposition du Groupe africain a été adoptée sans vote en tant que point d’urgence à l’ordre du jour de la 143e Assemblée, après le retrait des quatre autres propositions, et ce au vu de la crise sanitaire mondiale qui nécessite une mesure urgente par la communauté internationale », a précisé dimanche un communiqué du Conseil de la nation.

« La proposition du groupe africain dont l’Algérie est membre a été unanimement soutenue par les membres de l’UIP, d’autant qu’elle porte sur une question qui préoccupe le monde, à savoir la distribution équitable et la généralisation du vaccin outre la nécessité de redynamiser les mécanismes de solidarité et de promotion de l’action multilatérale durant les crises », a ajouté la même source.

Par ailleurs, la délégation algérienne présidée par Ahmed Bennai, vice-président du Conseil de la nation avait pris part aux réunions des groupes géopolitiques africains, arabes et islamiques à la veille de l’ouverture des travaux de l’Assemblée dédiées à « l’examen et le rapprochement des vues et des positions sur les postes vacants dans les structures de l’UIP ainsi qu’aux dispositions urgentes à inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée générale », a ajouté le document.

Parmi les thèmes proposés figurent la mobilisation d’un soutien parlementaire mondial en faveur de la situation humanitaire des Palestiniens (suggéré par l’Indonésie), ou encore la lutte contre la traite humaine, les violations des droits de l’Homme, et la tenue d’élections libres et intègres en Biélorussie (suggérés par l’Allemagne, la Lettonie, les Pays-Bas et la Pologne).

Ont été également suggérés le renforcement du développement régional pour la lutte contre les raisons structurelles derrière la migration à travers la mise en place et l’application de programmes de développement (présenté par le Mexique), et la nécessité impérieuse d’assurer la continuité de l’activité parlementaires en période de pandémie (présenté par la Russie).

Adopté comme clause urgente à l’ordre du jour de l’Assemblée, le thème portant mobilisation d’un soutien parlementaire mondial en faveur de l’équité vaccinale dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 (présenté au nom du groupe africain) a également été proposé.

Participent à la session organisée en présentiel depuis la session de Belgrade en octobre 2019, pas moins de 120 parlements membres de l’UPI.

Est prévu parallèlement aux travaux de cette Assemblée le lancement du réseau parlementaire du MNA avec la participation de plus de 30 parlements nationaux.

APS

Cinq ans après son décès Amar Ezzahi éveille encore les nouveaux talents

ALGER – Malgré une discographie officielle très réduite et un retrait volontaire de la scène en 1987, Amar Ezzahi, a révélé de nombreux jeunes talents aiguillés sur la voie de la musique par leur admiration pour ce monument de la chanson chaâbi disparu en 2016.

L’interprète de la chanson chaâbi, Kamel Aziz, confie avoir « imité aveuglement » son mentor pendant de longues années grâce aux différents enregistrements disponibles. Son admiration pour Amar Ezzahi l’a d’abord conduit sur la voie du chaâbi et du qcid, qu’il collectait également chez lui, jusqu’à avoir le « déclic » qui l’a mené à voir ce qui se fait ailleurs et dans d’autres styles pour l’introduire harmonieusement dans l’univers du chaâbi tout en gardant l’empreinte du maître.

Présenté comme l`héritier de Amar Ezzahi, même s’il considère ce titre comme une « trop lourde responsabilité », Kamel Aziz, a confié qu’il a appris auprès de ce monument à être un maître de la chanson sur scène et dans les fêtes tout en restant l’éternel élève quand il travaille sa musique.

Celui qui avait rendu le premier hommage au « Cheikh », à l’Institut du monde arabe à Paris, juste après son décès, dit « continuer à lui rendre hommage à chaque scène ou fête familiale qu’il anime ».

Jeune interprète de la chanson chaâbi, Lamine Sadi, qui a également côtoyé Amar Ezzahi évoque un monument de la chanson algérienne et une « école de musique, de sagesse et de modestie ». Il dit avoir beaucoup appris auprès de lui et grâce à ses enregistrements en matière de techniques vocales, de composition et de rythmes.

Il considère son mentor comme celui qui incarne le « renouveau du chaâbi » qui a développé ce genre par sa recherche et son apport en composition, mais aussi comme l’ « artiste populaire par excellence », « accompagné à sa dernière demeure par des milliers d’admirateurs ».

Zakaria Mihoubi, musicien et chanteur qui a mené plusieurs projets dans la musique raï, gnawa et chaâbi voit en Amar Ezzahi « tout le contraire de l’image du petit chanteur populaire qu’il défendait de lui-même « , mais plutôt un grand interprète très vite repéré par Mahboub Bati avec qui il s’est imposé dans le paysage musical de l’époque.

Cet « artisan du bonheur de millions de mélomanes » a donné à ce jeune musicien et chanteur l’envie de faire ce métier pour le public et lui a inculqué la rigueur et l’ouverture d’esprit.

Il lui a rendu hommage avec « Katbetli Kya » et « Mahajti Bday Echmaâ », deux travaux qui ont donné à Zakaria l’envie d’explorer encore la voie du chaâbi mais à sa manière. La liberté pour laquelle était connu « Soltan Lahwa » l’a poussé à élaborer des orchestrations différentes et épurées en plus d’intégrer des instruments de musique moins conventionnels.

S’il n’a jamais vraiment versé dans la formation de jeunes talents, ni créé d’école conventionnelle de musique, comme l’avait fait « le Cardinal » Hadj Mhamed El Anka, sans avoir pour autant fermé sa porte aux jeunes, Amar Ezzahi reste cependant un courant très rependu chez les artistes du chaâbi.

APS