Variant Omicron: l’IPA rappelle « l’urgence de l’adhésion » à la vaccination

ALGER – L’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a rappelé samedi « l’urgence de l’adhésion » à la vaccination afin de « contrôler la circulation des virus et par là les variants », notamment le variant B.1.1.529 (Omicron), signalé pour la première fois à l’OMS par l’Afrique du Sud le 24 novembre dernier.
« Les mesures barrières (port de masques de protection, distanciation physique et lavage fréquent des mains) gardent toute leur importance face à cette pandémie », a souligné l’IPA dans une note, mettant en garde que « plus le virus circule, plus la probabilité d’apparition de variants est élevée ».

Retraçant les circonstances de l’apparition du nouveau variant, il a relevé que la situation épidémiologique en Afrique du Sud s’est caractérisée par « trois pics distincts de cas signalés, dont le dernier concernait principalement le variant Delta ».

« Ces dernières semaines, les infections ont connu une forte augmentation, coïncidant avec la détection du variant B.1.1.529. La première infection confirmée connue du B.1.1.529 provenait d’un spécimen prélevé le 9 novembre 2021 », a précisé la même source.
« Ce variant présente un grand nombre de mutations, dont certaines sont préoccupantes (plus de 30 mutations concomitantes) », a détaillé l’Institut Pasteur d’Algérie, prévenant que les données préliminaires suggèrent un « risque accru de réinfection avec ce variant, par rapport aux autres variants préoccupants ».

« Le nombre de cas semble augmenter dans presque toutes les provinces d’Afrique du Sud. Les diagnostics PCR actuels du SRAS-CoV-2 continuent de détecter cette variante. Plusieurs laboratoires ont indiqué que pour un test PCR largement utilisé, l’un des trois gènes cibles n’est pas détecté (appelé S gene dropout ou S gene target failure) et ce test peut donc être utilisé comme marqueur de cette variante, en attendant la confirmation par séquençage », a encore indiqué l’IPA.

« Le nouveau variant B. 1.1.529 a été désigné par l’OMS comme préoccupant (V.O.C) et nommé Omicron », a ajouté la même source, observant que, outre l’Afrique du Sud, il a été détecté également au Malawi, au Botswana, en Belgique et à Hong Kong.

Le 4e Festival de la Littérature et du Cinéma féminin de Saïda en décembre

ALGER – Le quatrième Festival National de la Littérature et du Cinéma féminin de Saïda, prévu du 11 au 15 décembre, sera animé par une sélection littéraire dans les trois langues l’Arabe, le Tamazight et le Français, ainsi que par la projection de plusieurs films algériens aux thématiques en lien avec la promotion de la femme, indiquent les organisateurs dans un communiqué.
Sous le slogan « L’autre regard », la quatrième édition de ce festival, qui revient « après le succès des précédentes éditions », accueillera dans le strict respect des mesures de prévention sanitaire contre la propagation du Coronavirus, des hommes et femmes de Lettres de renoms, à l’instar de Waciny Laredj, Maissa Bey, Sabiha Benmansour, Aldjia Bouhar, Chabha Bengana, Hadjer Kouidri, Zineb Sekkal et Chaimaa Bendjoudi.

D’un autre côté, plusieurs longs métrages aux contenus mettant en valeur la femme et son droit « irréversible » à disposer de sa vie, seront projetés, « Saliha » (2021) de Mohamed Sahraoui, « Juventus Timgad » (2016) de Fabrice Benbaouche, « 143 rue du désert » (documentaire-2019) de Hassen Ferhani, « Elle nous regarde » (2020) de Lyna Zerrouki, « L’Etoile d’Alger » (2016) de Rachid Belhadj et « Papicha » (2019) de Mounia Meddour, entre autre, précisent encore les organisateurs.
Dans les différentes salles d’exposition, poursuit le communiqué, des ciné-concerts inédits et des ateliers d’effet spéciaux seront également en libre accès, dans une édition qui offrira l’opportunité au grand public de se rapprocher des artistes et comédiens d’autres courts métrage présélectionnés pour le concours du Grand prix, présentés par leurs réalisateurs.

A cet effet, un jury sera constitué de Tahar Boukella, Président, Yasmine Chouikh et Rania Serouti, membres, pour la nomination du Grand Prix et de la meilleure interprétation féminine.

Lors de l’ouverture de cet événement, organisé sous l’égide du ministère de la Culture et des Arts, en collaboration avec la wilaya de Saida, un hommage sera rendu à Yamina Chouikh et à « Mama Nedjwa », de son vrai nom Ghania Benstiti, célèbre animatrice de télévision de l’émission des années 1980, Nadi El Atfal (Club des enfants), conclut le communiqué.