COP26: Moualfi rencontre son homologue ougandaise

COP26: Moualfi rencontre son homologue ougandaise

GLASGOW – La ministre de l’Environnement, Samia Moualfi, qui participe au sommet de l’ONU sur le climat (COP26) a rencontré lundi soir à Glasgow son homologue ougandaise, Atim Beatrice Anywar, apprend-on auprès de la délégation algérienne.
Outre les questions bilatérales, les discussions ont focalisé sur la participation et la contribution du groupe africain aux pourparlers et négociations dans le cadre du deuxième segment de haut niveau, entamé lundi et qui devrait se poursuivre jusqu’au 12 novembre prochain, indiquent les mêmes sources.

La ministre de l’Environnement a, par ailleurs, rencontré lundi les représentants des différents secteurs ministériels algériens présents à la COP26, pour une séance de concertation et d’échange d’avis sur la participation algérienne à ce sommet.

Mme Moualfi a saisi cette opportunité pour rappeler les orientations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en matière d’environnement, et les grands objectifs de la feuille de route du gouvernement ainsi que pour sensibiliser les membres de la délégation sur la ligne de conduite aux travaux de ce sommet.
Pour rappel, la ministre de l’Environnement a pris part, lundi matin, à une réunion des ministres africains du secteur, pour coordonner et unifier la position du continent sur les enjeux de cette COP26.

Karaté-Mondial-2021: L’Algérie présente en force au rendez-vous de Dubaï

Karaté-Mondial-2021: L’Algérie présente en force au rendez-vous de Dubaï

ALGER – Le karaté algérien sera présent en force aux Championnats du monde-2021 qui se tiendront à Dubaï (Emirats arabes unis), du 16 au 22 novembre, avec la participation attendue de quelques 1054 athlètes représentant 117 pays des cinq continents, ce qui met en valeur la popularité du karaté dans le monde entier.
Selon le site de la Fédération mondiale de karaté (FMK), l’Algérie sera parmi les onze pays qui vont se rendre à Dubaï avec des délégations complètes et une participation dans les 16 catégories. Ces nations sont le Brésil, la Croatie, l’Egypte, la France, l’Iran, l’Italie, Japon,  RKF, l’Espagne et la Turquie.

Les organisateurs ont aussi confirmé la participation de huit médaillés d’or olympiques à l’événement: Sandra Sanchez (Espagne) et Ryo Kiyuna (Japon) en Kata, Ivet Goranova (Bulgarie), Jovana Prekovic (Serbie) et Feryal Abdelaziz (Egypte) en kumité féminin, et Steven Dacosta (France), Luigi Busa (Italie) et Sajad Ganzjadeh (Iran) en kumité masculin qui tenteront de gagner un autre titre.

Outre, la présence de 10 des 12 champions du monde actuels qui s’affronteront pour défendre leur couronne à Dubaï, une grande partie de l’attention sera concentrée sur les quatre athlètes qui possèdent actuellement la double couronne de titres mondiaux et olympiques : Sandra Sanchez d’Espagne, Ryo Kiyuna du Japon, Jovana Prekovic de Serbie et Steven Dacosta de France.

La liste des champions du monde en titre annoncée à Dubaï sera complétée par Miho Miyahara (Japon), Dorota Banaszczyk (Pologne), Irina Zaretska (Azebaidjan), Eleni Chatziliadou (Grèce), Angelo Crescenzo (Italie) et Ivan Kvesic (Croatie).

Voici la liste des athlètes algériens participants aux Championnats du monde de karaté à Dubai-2021, annoncée par le site de la fédération mondiale (FMK):

 

DAMES:

Kata: Hadj Said Manal Kamilia

Kumité: Ouikene Cylia (-52kg), Draoui Widad (-55kg), Midi Chaima (-61kg), Matoub Lamya (-68kg), Mekdas Loubna (-68kg).

Kata par équipes: Dahleb  Aicha Narimane, Hadj Said Manal Makilia, Slakedji Ryane.

Kumité équipes: Widad Draoui, Loubna Mekdas, Midi Chaima et Ouikene Cylia

 

MESSIEURS:

Kata: Haoua Abdelhakim

Kumité: Salmi Alaeddine (-60kg), Helassa Ayoub Anis (-67kg), Youcef Boukhecheba (-75kg), Brahimi Anis Samy (-84kg), Hocine Daikhi (+84kg)

Kata par équipes: Haoua Abdelhakim, Lakrout Samir, Ouites Mouaad.

Kumité équipes: Boukhecheba Youcef, Brahimi Abis Samy, Daikhi Hocine, Helassa Ayoub Anis et Salmi Alaeddine.

Benbouzid: Revoir le mode de fonctionnement et de gestion de notre système de santé

Benbouzid: Revoir le mode de fonctionnement et de gestion de notre système de santé

Le mode de fonctionnement et de gestion de notre système de santé « doit être impérativement revu pour le rendre performant et plus efficace », a affirmé mercredi à Médéa, le ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid.
« La révision du mode de fonctionnement et de gestion du système national de santé est devenue indispensable, eu égard aux problèmes et dysfonctionnements qui l’empêchent de se hisser au niveau de performance escomptée », a déclaré le ministre, en marge de sa visite d’inspection dans la wilaya de Médéa où il a procédé à l’inauguration de plusieurs structures sanitaires.

Benbouzid a affirmé qu’ »il est temps de discuter et d’étudier tous les problèmes que rencontre le secteur de la santé », ajoutant que les « assises de la santé », prévues au mois de décembre, est le cadre idéal pour « mettre sur la table des discussions toutes les questions qui attendent une solution ».

Ces assises seront une occasion pour les professionnels de la santé, les paramédicaux et les auxiliaires de santé d’aborder « dans une totale franchise et transparence » les questions qu’ils jugent importantes à examiner et « auront toute la latitude pour proposer des solutions ou les améliorations à entreprendre dans l’optique de cette révision », a fait savoir le ministre.

Huit ateliers, animés par des experts, évoluant en dehors du secteur de la santé, seront mis sur pied à l’occasion de ces assises, et devront permettre d’apporter un « regard extérieur, neutre et impartial, capable d’aider à diagnostiquer les problèmes réels de notre système de santé et les changements à introduire », a expliqué Benbouzid.

Note de lecture, «On nous appelait les réseaux radio rebelles», de Debbah Mohamed : L’épopée des braves

Note de lecture, «On nous appelait les réseaux radio rebelles», de Debbah Mohamed : L’épopée des braves

En cette année de célébration du 67e anniversaire du déclenchement de la Révolution algérienne, nous avons relu pour vous l’un des livres témoignages les plus approfondis en matière de faits d’armes et surtout en  matière de documents authentiques autour de la création des réseaux radio pendant la guerre d’Algérie.

Le moudjahid Mohamed Debbah est connu pour son combat indéfectible pendant la Révolution et aussi après l’Indépendance. A ce jour, il contribue et participe à l’écriture de l’Histoire dans des colloques, conférences et débats. Son livre «On nous appelait les réseaux radio rebelles» reste une référence dans la littérature de la Guerre d’Algérie. Officier de l’ALN et membre actif de l’An-Malg, Si Mohamed est intarissable en matière de dates, de personnalités, de hauts faits d’armes… et bien plus encore.
A la sortie de son livre, présenté dans les deux langues (arabe et français), le commandant de la Base Didouche Mourad, Hassani Abdelkrim dit Si Ghaouti, qui a bien connu Debbah, tint à préfacer cette œuvre. Il écrira en substance : «Ayant connu le jeune Debbah au cours des années 57, et ayant suivi son parcours au sein des réseaux de transmissions de l’ALN en tant que responsable hiérarchique, j’ai eu le plaisir de lire ses témoignages. J’apprécie hautement cette contribution à l’écriture de l’histoire.» «Il a eu le mérite d’écrire, de témoigner, de signer ; et enfin de nous faire vivre des moments pathétiques de notre jeunesse, comme ils ont su raviver en nous cette flamme qui nous a plongés dans le rêve de la gloire et que, hélas, les contingences du présent semblent avoir atténuées. A cette occasion, j’en appelle à la conscience de ceux du corps des Transmissions, et d’une façon générale à ceux des autres services qui ont vécu la même épopée, d’apporter leur contribution à l’élargissement de ces témoignages, soit par le rappel de souvenirs qu’ils ont vécus, soit par des témoignages à l’instar de ceux qui ont été rapportés par la presse.»
Après avoir insisté sur l’ouverture d’un débat d’informations et d’idées nécessaires au rétablissement de la vérité historique, il ajoutera : «Ce qui m’incite principalement à intervenir à propos

du témoignage de Debbah, c’est la ferveur avec laquelle il s’est mis à l’ouvrage. Le poids de l’âge, de même que l’enthousiasme qui, à l’âge de 17 ou 18 ans, l’ont poussé et conduit avec tant d’autres au combat et les ont engagés à rejoindre les rangs de l’ALN, et là, il devait donner le meilleur de lui-même, à savoir l’offre du sacrifice de sa vie et l’usage de ses capacités intellectuelles, car la création d’un réseau algérien face à la grande toile d’araignée mise en place par l’armée française en vue d’étouffer l’ALN fut un véritable défi pour une armée populaire de résistants.» Il décrit aussi les origines de la création de l’ensemble des services spécialisés, tels que l’écoute, le renseignement, le contre-renseignement… et reviendra sur l’auteur et ses compagnons d’armes : «Bien heureux que des opérateurs, tels que Debbah, aient pu s’adapter à leur rôle tel qu’il leur était défini par l’état-major, rendre d’éminents services à l’ALN et sortir indemnes. De sacrés increvables, les Debbah, les Rougets, les Suisses, les Huittas, les Timichant, les Moustaches et tant d’autres héros de l’ombre que le sort a épargnés et qui sont là à présent pour nous rappeler les souvenirs d’antan.»
«A la lecture du récit que Debbah a publié, et qui est un témoignage personnel, il me plaît de répondre à ces détracteurs, que j’ai reconnus à travers ce livre, la légende des pionniers des Transmissions que j’ai appelés dans mon ouvrage ‘’Gérilla sans visage, les héros de l’ombre’’.» «Que leur travail, leur dévouement à la patrie, leur sacrifice aient donné naissance à d’autres structures qui continuent à servir le pays, cela démontre amplement que leur action initiale au cours de la guerre de Libération n’était pas sans lendemain. Mais de grâce, ne les confondons pas, par un amalgame de mauvais aloi, à des agents appartenant à tel ou tel clan. Tels que je les ai connus, ils n’ont jamais été des mercenaires ni des serviteurs serviles, mais d’authentiques combattants de l’Armée de Libération Nationale, qui ont eu le double mérite de porter le fusil et le poste radio.»
Ce livre très didactique est agrémenté de documents écrits et iconographique d’une très grande valeur historique. Les générations futures et les historiens trouveront là matière à enrichir leur savoir et surtout à comprendre le suprême sacrifice des braves de cette nation libérée par le sang.

Intempéries: la DGSN appelle les citoyens à la prudence

Intempéries: la DGSN appelle les citoyens à la prudence

ALGER – La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) appelle les usagers de la route à prendre les précautions nécessaires pour éviter les accidents de la circulation suite aux intempéries enregistrées dans plusieurs wilayas du pays, indique, mardi, la DGSN dans un communiqué.
La DGSN exhorte les citoyens à signaler toute infraction ou dépassement dangereux des chauffeurs de véhicules utilitaires, de bus de transport en commun ou de camions de poids lourds pouvant provoquer des accidents de la circulation.

Elle met à leur disposition le numéro vert 1548 et le site officiel de la DGSN ainsi que ses pages officielles sur les réseaux sociaux, a ajouté la même source.