Oran: ouverture de la semaine culturelle sous le slogan « Regards croisés sur le passé et le futur »

Oran: ouverture de la semaine culturelle sous le slogan « Regards croisés sur le passé et le futur »

ORAN – Le coup d’envoi de la semaine culturelle a été donnée samedi au niveau du site archéologique « Palais du Bey » au quartier populaire « Sidi El Houari » d’Oran sous le slogan « Regards croisés sur le passé et le futur » dans une ambiance culturelle et éducative particulière.

Cette manifestation, co-organisée avec l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés, met en exergue le riche patrimoine historique et archéologique de la ville d’Oran, un véritable trésor appelé à faire la promotion du tourisme culturel, mais aussi de la « destination Algérie » et à valoriser son patrimoine matériel et immatériel dont elle peut s’enorgueillir, a indiqué à l’APS la présidente de l’association locale « L’hirondelle pour la redécouverte et le tourisme culturel », Hafida Bensalah, en marge de la cérémonie inaugurale de cette semaine culturelle.

L’association, qui fait de la préservation de cet héritage culturel de la ville d’Oran son leitmotiv, compte organiser des week-ends et des semaines culturelles au niveau des différents sites archéologiques, à l’instar des « Arènes d’Oran » à haï Moheiddine (ex Eckmühl) et au sous-sol de la bibliothèque communal « Bakhti Benaouda » (ex Cathédrale), sise au centre-ville, a fait savoir Hafida Bensalah.

La semaine culturelle, coïncidant avec la journée nationale des artisans, vise à mettre la lumière des lieux de mémoire à travers l’organisation d’activités culturelles. « Une occasion de plus pour attirer des visiteurs et leur faire connaître un autre rendez-vous important auquel s’apprête à abriter prochainement la ville d’Oran, celui des Jeux méditerranéens prévus en été 2022, a souligné Niar Sanae, directrice de l’antenne d’Oran relevant de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés.

Outre ces activités culturelles, d’autres rencontres scientifiques sont programmées. Dans ce cadre, l’Office entend organiser, en partenariat avec le département de génie civil de l’Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf (USTO-MB) d’Oran, le 14 novembre en cours au niveau du site archéologique « Bordj El Ahmar », un séminaire sur « le développement durable des villes historiques » qui traitera des changements climatiques, de leurs impacts sur les villes et des mécanismes de sauvegarde de ce patrimoine, a ajouté cette responsable.

La cérémonie d’ouverture de la semaine culturelle a été marquée par des lectures poétiques du genre Melhoun déclamées par les poètes Ahmed Aroun et Mohamed Andaloussi, la tenue d’une exposition de la « Blousa wahrania » (Robe oranaise), un habit authentique faisant partie du patrimoine matériel oranais et source de fierté des Oranaises, signé par le styliste Bachir Chaïla, de même qu’une autre exposition sur l’habitat traditionnel oranais de Fadila Sahri.

La troupe « Théâtro Oran » a donné une représentation théâtrale intitulée « Azmat Aamal fi zaman corona » (crise d’emploi au temps du Corona), une pièce réalisée par Boura Lahouari qui a été à la hauteur des attentes du public. La nouvelle œuvre de cette troupe entre dans le cadre du théâtre de rue.

Les enfants ont eu droit à des ateliers pédagogiques de dessin et de coloriage qui font partie du programme de cette manifestation, sous la coordination de Amel Benameur, de même que d’autres spectacles artistiques animés par le conteur Abdelhamid Conakry et les clowns Zino et Aïssa.

Cette semaine culturelle, qui se poursuit jusqu’à jeudi prochain, prévoit des expositions de vente de produits d’artisanat traditionnel avec la participation de 15 artisans dans la vannerie, la poterie, la fabrication du savon traditionnel, les gâteaux traditionnels, entre autres, ainsi qu’un vernissage avec la participation d’une pléiade de peintres, des séances de clubs de lecture pour égayer les enfants et leur faire aimer le livre, des visites guidées au niveau de sites et monuments historiques dont « Kasr El Bey » (Palais du Bey) et des conférences sur le patrimoine de la ville d’Oran.

APS

Locales du 27 novembre : les partis politiques appellent au « changement » et à la « rupture avec les anciennes pratiques »

Locales du 27 novembre : les partis politiques appellent au « changement » et à la « rupture avec les anciennes pratiques »

ALGER- Les partis politiques ont appelé au « changement » et à la « rupture avec les anciennes pratiques, tout en accordant « davantage de prérogatives » aux futurs présidents d’APC, rapportent dimanche les quotidiens de la presse nationale qui consacrent peu d’espace à la campagne électorale des locales du 27 novembre prochain pour le renouvellement des Assemblées communales populaires (APC) et des Assemblées populaires de wilaya (APW).   

A ce titre, L’Expression a relevé que le Code de la commune est au cœur de la campagne électorale, insistant dans son commentaire sur « le renforcement des prérogatives des élus afin de leur permettre d’accomplir convenablement leur mission et se montrer à la hauteur des attentes des électeurs, lesquels aspirent à des changements et à une rupture avec les anciennes pratiques ».

Le même journal a interviewé M. Rachid Lerari , professeur en droit constitutionnel, qui a estimé que « les citoyens doivent participer en force à ces élections, lesquelles s’imposent comme le couronnement du processus constitutionnel », les appelant aussi à participer « au moins pour faire élire les compétences et les personnes susceptibles d créer le changement ».

Le quotidien Le Soir d’Algérie a également titré sur la nécessité d’accorder « plus de prérogatives aux élus locaux », relevant les appels des candidats à l’adresse des électeurs « de ne pas bouder les urnes ».

El Moudjahid a plutôt focalisé sur les candidats qui « privilégient les rencontres de proximité », précisant que selon des candidats partisans et indépendants « le travail de proximité reste le meilleur moyen pour convaincre les électeurs ».

Sous le titre « Revoilà les candidates sans visage », le journal El Watan revient sur ces « pratiques caricaturales qui jettent le discrédit sur le scrutin », s’interrogeant ainsi « comment convaincre les électeurs à aller vote massivement le 27 novembre prochain ».

Toutefois, le quotidien Horizons demeure la seule publication qui consacre plus d’espace à ce rendez-vous électoral, accordant ainsi une large couverture aux candidats en campagne. Mieux encore, le journal a consacré une rubrique spéciale à ce rendez-vous, intitulée « Vivre sa commune », laquelle est un focus sur les APC, soit « un zoom pour éclairer sur l’état des lieux des communes riches ou pauvres ».

Pour l’édition de ce dimanche, Horizons a zoomé sur la commun de Hadjrat Enoss de Cherchell (wilaya de Tipaza), avec des articles sur le développement de cette commune et une interview du président d’APC sortant.

Toutefois, Horizons a relevé que la campagne peine à démarrer, estimant que « ce n’est pas encore l’emballement ». Il a ainsi cité l’exemple de certains partis qui sont « à la recherche des électeurs ».

Sous le titre « Le changement commence par les collectivités locales », le quotidien arabophone Ech Chaab a assuré une large couverture des sorties médiatiques des candidats qui ont animé plusieurs meetings populaires à l’occasion du premier week-end de campagne électorale. Le tabloïd a relevé que les chefs de partis ont notamment appelé à un « véritable changement ».

Selon le journal, le Front el Moustakbel, par la voix de son président, a estimé que « le changement commence par le citoyen », alors que le Mouvement El Bina a focalisé sur « la redynamisation du Fonds de développement du Sud », au même titre que le parti du Front de libération nationale qui a plaidé en faveur de « l’investissement agricole dans le Sud du pays ».

Pour Tajamoue Amel el Jazair, la priorité consiste en « la formation des élus pour une meilleure gestion », au moment où le Rassemblement national démocratique met l’accent sur « plus de prérogatives aux P/APC ».

Le quotidien El Massa s’est attardé également sur « l’importance d’élargir les pouvoirs des élus afin qu’ils puissent répondre aux préoccupations des citoyens », insistant sur « la lutte contre les pratiques néfastes de la bureaucratie ». Le même journal a mis l’accent sur « le contrôle des organes exécutifs en vue de meilleurs résultats en matière de développement local ».

Le quotidien Al-Khabar a constaté que la campagne électorale peine à démarrer et à atteindre sa vitesse de croisière, mettant l’accent par ailleurs sur la sortie du Front des forces socialistes qui a appelé à « sauvegarder la souveraineté et l’unité nationales ».

APS

Libye: la ministre des Affaires étrangères suspendue de ses fonctions

Libye: la ministre des Affaires étrangères suspendue de ses fonctions

TRIPOLI – La ministre des Affaires étrangères libyenne Najla Al-Mangoush a été suspendue de ses fonctions samedi et soumise à une interdiction de voyager, a annoncé une porte-parole du Conseil présidentiel à plusieurs médias.

La présidence a ouvert une enquête « pour des violations administratives », a déclaré samedi la porte-parole, Najla Weheba, à la chaîne Libya Panorama.

Selon le média en ligne El-Marsad, elle aurait pris des décisions de politique extérieure sans avoir consulté le Conseil présidentiel (CP).

Selon un décret signé par le Conseil présidentiel repris par les médias, « une commission d’enquête a été mise en place présidée par Abdallah Allafi, vice-président du CP ». Elle doit remettre son rapport d’ici 14 jours au plus tard.

APS

Locales du 27 novembre: Agenda de la 4ème journée de la campagne

Locales du 27 novembre: Agenda de la 4ème journée de la campagne

ALGER- Voici l’agenda de dimanche 7 novembre, 4ème jour de la campagne électorale pour les locales du 27 novembre 2021 :

 – SKIKDA :Le secrétaire général du parti Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, anime au palais de la culture Malek Chebel du chef-lieu de wilaya un meeting populaire à 10H.

– TEBESSA : Le président du parti Le Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, anime à la maison de la culture Mohamed Chebouki un meeting populaire à 14H.

– ALGER : Le vice-président du Mouvement El-Bina, Ahmed Dane, anime un meeting populaire à la salle multisports, Eucalyptus, à 17H.

– El Oued : Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abou El Fadhl Baâdji, anime un meeting populaire à la maison de la culture Moufdi Zakaria à 10h30.

APS

Elections Locales: des partis politiques pour la révision des procédures d’investissement agricole

Elections Locales: des partis politiques pour la révision des procédures d’investissement agricole

ALGER – La révision des procédures inhérentes à l’investissement agricole dans les wilayas du Sud du pays et le lancement de « larges » réformes dans la gestion de l’administration locale sont parmi les points proposés par les partis politiques à l’occasion du 3ème jour de la campagne pour les locales du 27 novembre prochain.

Le secrétaire général du parti du Front de Libération Nationale (FLN), Abou-Fadhl Bâadji, a appelé, depuis Ouargla, à « revoir les procédures inhérentes à l’investissement agricole dans les wilayas du Sud du pays », soulignant qu' »il appartient de revoir les procédures afférentes à l’investissement agricole dans le Sud du pays, y compris à Ouargla, et d’accorder des mesures incitatives à même d’encourager les jeunes à cette activité et à contribuer ainsi aux efforts d’autosuffisance alimentaire ».

M. Baâdji a estimé que les APC sont le « socle fondamental » pour tous les domaines de développement local car, l’élu étant, selon lui, « le véritable représentant du peuple », avant d’exhorter, dans ce contexte, les candidats de sa formation politique à préserver le message et protéger l’image du parti pour rester « la première force politique dans le pays ».

Lui emboîtant le pas, le président du mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, a plaidé, à Laghouat, pour la redynamisation du fonds du développement du Sud « susceptible d’éviter les disparités de développement », selon lui.

M. Bengrina a estimé qu' »il appartient de redynamiser le fonds de développement du Sud qui contribuera à « aplanir les inégalités de développement entre le nord et le sud du pays », dont Laghouat qui mérite, a-t-il soutenu, un grand appui au développement.

Il a estimé, à ce propos, que l’élu local devrait se voire accordé de garanties financières pour répondre aux attentes de la population, chose qui ne sera possible, a-t-il plaidé, qu' »à travers la mise en place d’une approche de développement national global et équitable ».

Pour ce faire, le président du Mouvement El-Bina a plaidé pour le lancement de « larges » réformes dans la gestion de l’administration locale pour le développement des régions rurales et sahariennes à la faveur de la décentralisation, appelant dans ce contexte, à « élargir les prérogatives des assemblées élues pour contribuer et encourager les initiatives de développement local et la promotion des opportunités de l’investissement ».

Pour sa part, le secrétaire général du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, a estimé depuis Mila que « la société est responsable de la crise multidimensionnelle que traverse l’Algérie, exigeant des efforts considérables et une vision claire pour en atténuer les effets qui seront perceptibles dans un futur proche ».

Il a considéré ce qu’il a qualifié de « silence du peuple », comme une raison de cette crise, ce qui nécessite, selon lui, « un changement de mentalités et des comportements pour s’engager sur la bonne voie et parvenir à un changement qui ne peut se faire par décret, loi ou décision politique ».

D’ailleurs, il n’a pas manqué de souligner que « chacun doit se sentir concerné et partenaire dans la consolidation de cet Etat, dont il doit préserver les biens et les potentialités ».

M. Belaïd a en outre, appelé ses élus une fois élus à « la créativité dans la gestion et à répondre aux préoccupations des différents segments de la société ».

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, a, quant à lui, appelé depuis El-Tarf, les Algériens à se rallier « aujourd’hui plus que jamais » autour de la direction du pays et de ses institutions constitutionnelles.

Il a indiqué que le peuple Algérien est appelé à participer en force à ce rendez-vous électoral pour exprimer son soutien à la direction du pays face aux dangers géopolitiques entourant le pays.

Estimant que les prochaines élections constituent une « opportunité pour le consensus et la cohésion sociale », M. Zitouni a salué la position de la classe politique qui a œuvré à « éclairer et mobiliser l’opinion publique sur les questions nationales actuelles ».

De son côté, et depuis Chlef, la présidente du parti Tajamoue Amel El Djazaïr, Fatima Zohra Zerouati, a mis l’accent sur l’impératif de former les élus pour « une meilleure gestion des Assemblées locales et du développement », et répondre, par conséquent, aux « aspirations des citoyens ».

Dans une déclaration à la presse en marge d’une rencontre de proximité, à travers les quartiers de la commune de Oued Goussine, Mme Zerouati a fait savoir que le programme de TAJ comprend la formation des élus, quel que soit leur niveau, vu l’importance de la gestion, selon elle, des Assemblées élues et leur rôle dans le processus de développement local.

Elle a indiqué que ces Assemblées sont le « premier élément constitutif » pour la construction d’un pays et pour la réalisation d’un développement local.

Par ailleurs, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) s’est contenté à Constantine de présenter ses candidats, précisant que ses listes sont composées de jeunes compétences dont 90 % sont des universitaires, et dont 10 à 15 % sont des femmes.

Le MSP a fait savoir que 80 % de ses candidats sont choisis parmi les acteurs de la société civile. Une initiative, selon lui, qui constitue une « ouverture » du parti aux non adhérents dans ses rangs.

APS