60ème anniversaire de l’APS: de la télégraphie au global média

60ème anniversaire de l’APS: de la télégraphie au global média

ALGER – L’agence Algérie Presse Service (APS), qui célèbre le 60ème anniversaire de sa création sous le slogan « de la télégraphie au global média », est engagée depuis plusieurs années dans un processus de modernisation et d’adaptation au développement très rapide des technologies de l’information et de la communication.

Créée à Tunis le 1er décembre 1961 à l’initiative du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) pour être le porte-voix de la Révolution algérienne sur la scène médiatique internationale, l’APS entend demeurer une « référence » en matière de service public pour accompagner le processus d’édification nationale et se faire l’écho dans le monde des positions de principe historiques de l’Algérie en faveur du développement, de la paix, la sécurité et la coopération régionales et internationales.

Dans le cadre de ce processus de modernisation, l’APS a lancé récemment une série d’ateliers au niveau de ses structures rédactionnelles pour développer le service publique et améliorer la qualité de ses produits, notamment son produit de base, la dépêche, autant sur le plan de la forme  que du contenu (traitement de l’information), pour répondre aux attentes de ses abonnés et du large public.

Elle poursuit également le développement de ses services d’infographie, de vidéographie et de production de contenus multimédia.

Face au phénomène des fake-news (fausses informations) qui prend de l’ampleur, notamment à travers la toile et les réseaux sociaux, dans ce qui est convenu d’appeler « guerre de 4ème génération », l’APS a mis en place de multiples mécanismes de veille informationnelle pour réfuter les fausses informations et éclairer l’opinion publique en lui fournissant les faits réels, avec professionnalisme, objectivité et déontologie.

L’Algérie a dénoncé à plusieurs reprises la guerre médiatique dont elle est la cible à travers des contenus erronés ou tendancieux diffusés par certains médias étrangers et des sites électroniques.

Lors d’une table-ronde organisée en septembre sur la coopération entre l’Afrique et la Russie dans le domaine des médias et de la communication, l’APS a plaidé pour la création d’un mécanisme commun entre les médias africains et russes afin de lutter contre le phénomène des fake-news qui touche tous les pays et qui peut affecter « sérieusement » les projets de partenariat.

Elle a souligné l’importance de rechercher de meilleures stratégies permettant de contrecarrer la désinformation et l’intox informationnelle, mettant en exergue, à ce propos, le rôle des agences de presse, dont le métier de base est de donner des informations « correctes, vérifiées et sourcées loin des rumeurs et du sensationnel ».

Au plan organique, l’APS oeuvre à renforcer son implantation en s’adaptant au nouveau découpage administratif du territoire national et a commencé, à cet effet, à mettre en place des bureaux dans les dix nouvelles wilayas.

L’APS projette également un redéploiement de ses bureaux à l’étranger, en adéquation avec les intérêts de l’Algérie, dans le cadre d’une nouvelle stratégie, conformément aux nouvelles donnes internationales.

L’agence nationale de presse s’est dotée en 2017 d’une nouvelle plateforme rédactionnelle de gestion de tout le processus de production de l’information (texte et multimédia) au profit de ses abonnés.

Elle dispose de quatre sites d’information (un site généraliste en arabe, en français et en anglais, en plus d’un site en tamazight) et compte lancer prochainement un site en espagnole, eu égard à l’importance que revêt cette langue dans le monde.

En plus de son site web, l’agence a varié son produit et contenu à travers les services vidéo, photo, infographie et s’attèle à renforcer sa présence sur les réseaux sociaux, devenus incontournables dans le paysage médiatique.

Ce déploiement a permis une augmentation sensible de la consultation et de l’accès au produit APS, dont le contenu, diffusé sur plusieurs supports, a fortement gagné en visibilité.

L’APS poursuit, en outre, son action en faveur du développement de la coopération avec les autres agences de presse. Un accord a été signé le 8 novembre avec l’agence italienne de presse (ANSA) portant sur l’échange des contenus informationnels et des expériences dans le domaine médiatique, dans la foulée des différentes mutations dans ce secteur.

Cet accord ouvre la voie à « beaucoup d’opportunités » pour aller de l’avant et concrétiser des projets communs et donnera « plus de visibilité » aux actualités des deux pays à travers les différents supports médiatiques, s’est félicité le directeur général de l’APS, Samir Gaïd.

Et, pour marquer ses soixante ans d’existence, l’APS organise mardi une journée d’étude sous le signe « de la télégraphie au global média », qui sera rehaussée par la présence du Premier ministre, ministre des Finances, Aimene Benabderrahmane. Divers thèmes portant sur la guerre des médias et les moyens d’y faire face, les réseaux sociaux et la lutte contre les fake-news y seront débattus par des universitaires et des experts en relations internationales et en études stratégiques.

Un hommage sera rendu, à cette occasion, à des travailleurs de l’Agence, récemment décédés après avoir donné le meilleur d’eux-mêmes, en se distinguant par leur professionnalisme et leur dévouement (Bessou Djamel Eddine et Djaddour Salah Eddine Kaddour, en décembre 2020, et Nadjat Fennouche, en août 2021).

Les travailleurs de l’APS se recueilleront, également, à la mémoire des journalistes, techniciens et employés de l’administration morts en mission ou lâchement assassinés par les hordes terroristes dans les années 1990.

Mercredi, une cérémonie sera organisée au siège central de l’APS, en présence du ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, qui aura notamment à inaugurer le Musée de l’Agence.

APS

Le rôle pionnier de l’APS dans l’accès à l’information mis en exergue

Le rôle pionnier de l’APS dans l’accès à l’information mis en exergue

ALGER – Le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani a affirmé, mardi à Alger, que l’Agence Algérie Presse Service (APS) « a un rôle pionnier dans l’accès du citoyen à l’information et l’accompagnement des efforts d’édification, de développement escompté et de défense de l’image et de la voix de l’Algérie ».

L’APS qui « est née dans la fournaise de la glorieuse révolution nationale pour être son bras médiatique est un établissement médiatique public qui a eu et a toujours un rôle pionnier dans l’accès du citoyen à l’information et  l’accompagnement des efforts d’édification, de développement escompté et de défense de l’image et de la voix de l’Algérie », a indiqué M. Bouslimani lors des travaux de la journée d’étude organisée par l’APS au Centre international des Conférences (CIC), à l’occasion du 60e anniversaire de sa création.

« En ces soixante ans de contributions appréciables, cette institution médiatique prestigieuse s’est acquitté, à travers ses directions régionales, ses bureaux régionaux et à l’étranger, de sa mission professionnelle et de son devoir de citoyenneté », en défendant les constantes et fondements de la Nation et en faisant face à la propagande et aux fausses informations (fakenews) relayées par les ennemis de la patrie et autres traites et mercenaires », a-t-il estimé.

« Le rôle de l’Agence qui est entrée, avec succès, dans l’ère du numérique, se confirme de jour en jour, au vu des plans malveillants et de la cyberguerre féroce ciblant l’unité, la sécurité et la stabilité de l’Algérie Nouvelle », a souligné le ministre.

A cet effet, il a rappelé « l’intérêt soutenu accordé par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune à la promotion de la liberté d’expression et de la presse et au soutien des journalistes notamment à travers les garanties énoncées dans la Constitution de 2020 et d’une batterie de mesures à l’instar des rencontres périodiques régulières avec la corporation médiatique et la communication avec les citoyens à travers les réseaux sociaux ».

M. Bouslimani a en outre réaffirmé « l’appui de l’Etat à l’accompagnement des médias nationaux publics et privés, tous supports confondus, dans l’accomplissement de leurs nobles missions avec professionnalisme, liberté et responsabilité ».

APS

Journée d’étude sur le travail des agences de presse face à la guerre de l’information

Journée d’étude sur le travail des agences de presse face à la guerre de l’information

ALGER – Les travaux de la Journée d’étude sur le travail des agences de presse face à la guerre de l’information, organisée par l’Agence Algérie Presse Service (APS), sous le patronage du Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, ont débuté mardi matin à Alger.

Prennent part à cet événement qui se tient au Centre international des conférences à l’occasion du 60e anniversaire de la création de l’APS, outre le Premier ministre, le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani et d’autres membres du gouvernement, le conseiller du Président de la République Abdelmadjid Chikhi, le président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) Mohamed Louber, les anciens directeurs généraux de l’APS et des responsables d’institutions du secteur de la Communication.

Cette rencontre sera animée par un groupe d’experts qui auront à débattre de plusieurs questions dont la Guerre de 4ème génération ou Fourth génération Warefare (4GW), à laquelle fait face l’Algérie à l’instar de nombreux pays.

Comment les médias algériens répondent à cette offensive ? Comment peut-on apprécier les efforts de ces médias à se mettre au diapason de cette révolution des TIC ? Quels sont les atouts des médias algériens dans cette guerre de l’information ? Quel rôle peut jouer une agence de presse dans une stratégie de riposte à ces flux informatifs malveillants ?, sont autant de questions inscrites au débat.

Née le 1er décembre 1961 dans la fournaise de la guerre de libération nationale, l’APS fut conçue au départ pour une mission bien particulière. Il s’agissait de doter la diplomatie de guerre menée par le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) d’un bras médiatique.

Après l’indépendance, l’agence continua à œuvrer pour donner de la visibilité à la diplomatie de libération prônée par l’Algérie indépendante. L’APS s’est ainsi acquittée de cette mission en mettant en avant l’Algérie moderne en pleine édification. Elle eut un rôle majeur dans la production de contenus informatifs qui cadrent avec sa trajectoire historique adoptée lors de sa création, à savoir la lutte contre la propagande néo-colonialiste et les menées subversives contre notre pays de la part de certaines puissances, relayées par des ONG.

APS

Vers la révision de tous les textes juridiques pour une presse professionnelle et responsable

Vers la révision de tous les textes juridiques pour une presse professionnelle et responsable

ALGER – Le Premier ministre, ministre des finances, Aïmene Benabderrahmane a affirmé, mardi à Alger, que le Gouvernement s’attelait à la révision de tous les textes juridiques en vue de consacrer une presse professionnelle et responsable, annonçant la finalisation de l’élaboration de quatre (04) textes juridiques pour la promotion du secteur.

S’exprimant lors d’une Journée d’étude organisée à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire de la création de l’agence Algérie Presse Service (APS), le Premier ministre a indiqué que « le Gouvernement s’attèle à la révision de tous les textes juridiques en vue de consacrer une presse professionnelle et responsable, respectueuse des règles de déontologie et d’éthique, dans le cadre de l’adaptation des textes aux dispositions de la Constitution de 2020 de manière à répondre aux aspirations du citoyen et à lui garantir le droit d’accès à une information fiable et un Service public de communication efficient, outre l’impérative réorganisation du secteur pour être au diapason des développements sociaux  et de la dynamique politique que connaît le pays ».

A ce propos, M. Benabderrahamane a fait état de la finalisation de « quatre textes à même de promouvoir ce secteur sensible et stratégique ». Il s’agit de « la loi organique relative à l’information et des lois sur l’audiovisuel, la publicité et le sondage d’opinion », précise-t-il, ajoutant que la Gouvernement s’emploie, en outre, au parachèvement de l’élaboration du décret exécutif relatif à l’organisation de l’activité des agences de communication.

Dans cette optique, le Premier ministre a rappelé que le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a consacré, parmi ses 54 engagements, « un pan important au développement de l’information en général et à l’information publique en particulier, en vue de la hisser à un niveau lui permettant d’être un véritable acteur dans le processus d’édification et de développement de la société ».

APS

La dernière infiltration sioniste ne dissuadera pas les Palestiniens de poursuivre leur lutte

La dernière infiltration sioniste ne dissuadera pas les Palestiniens de poursuivre leur lutte

ALGER – L’ambassadeur de la Palestine en Algérie, Fayez Mohamed Mahmoud Abu Aita a affirmé lundi que la dernière infiltration sioniste visant à imposer la normalisation dans certains pays arabes ne dissuaderait pas le peuple palestinien de poursuivre sa lutte et sa résistance jusqu’au recouvrement de ses droits légitimes.

Dans une allocution à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de solidarité avec le peuple palestinien, au palais de la culture Moufdi-Zakaria (Alger), M. Fayez Abu Aita a précisé que « ce souvenir douloureux que nous nous commémorons chaque année symbolise la solidarité de tous les peuples et libres du monde avec la souffrance et les sacrifices du peuple palestinien », indiquant que cet évènement « est une occasion pour exprimer le refus de l’occupation sioniste des territoires palestiniens et mettre à nu les crimes perpétrés par cet occupant contre le peuple palestinien depuis la déclaration Balfour jusqu’à nos jours ».

Le diplomate palestinien a en outre rappelé que l’Assemblée générale de l’ONU avait institué cette journée en 1977, soit 30 ans après le plan de partage de Palestine, en vue d’exprimer « le regret du monde et de la communauté internationale, d’un côté, et leur manquement aux Palestiniens, d’autre côté ».

Il a qualifié cette division de « la décision la plus injuste contre le peuple palestinien, car c’était, malheureusement, l’acte de naissance de l’entité sioniste sur la terre de Palestine », ajoutant qu’après plus de 44 ans depuis 1977, les souffrances du peuple palestinien persistent, d’autant que certains pays influents, dirigés par les Etats-Unis et le Royaume-Uni,

soutiennent toujours l’occupation de tout leur pouvoir ».

Le diplomate palestinien a appelé les pays qui, à un moment donné, « ont adhéré à la normalisation, à se conformer aux décisions des différents sommets arabes, à la tête desquels l’Initiative de paix arabe qui rejette la normalisation avec l’Entité sioniste, avant de finir avec l’occupation des territoires palestiniens et d’établir l’Etat palestinien indépendant ayant pour capitale, Al-Qods ». Evoquant le Sommet arabe que devrait abriter l’Algérie mars prochain, il a indiqué qu’il revêt une grande importance « car prévu en Algérie, ce pays qui a accueilli toutes les causes nationales et régionales arabes ».

L’Algérie ne cesse de jouer un rôle axial dans la région, et continue à « tenir la braise dans sa main en s’attachant aux principes et idéaux arabes », a-t-il souligné.

A noter que la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien a été célébrée en présence du conseiller du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Benramdan, du Président du Haut conseil islamique (HCI), Bouabdallah Ghlamallah, et de représentants de mouvements associatifs et de la société civile.

APS