Bilan Coronavirus : 447 nouveaux cas, 344 guérisons et 33 décès ces dernières 24h

Bilan Coronavirus : 447 nouveaux cas, 344 guérisons et 33 décès ces dernières 24h

Quatre cent quarante-sept (447) nouveaux cas confirmés de coronavirus (Covid-19), 344 guérisons et 33 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, a indiqué ce mercredi le ministère de la Santé dans un communiqué.

Le total des cas confirmés s’élève ainsi à 196.527 dont 447 nouveaux cas durant les dernières 24 heures, celui des décès à 5.302 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 133.739 cas.

Par ailleurs, 35 patients sont actuellement en soins intensifs, ajoute la même source.

Le ministère rappelle, par la même occasion, que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d’hygiène et de distanciation physique, tout en insistant sur le respect du confinement et du port du masque.

Tizi-Ouzou: réception de plus de 6.100 têtes de bétail au profit d’éleveurs sinistrés

Tizi-Ouzou: réception de plus de 6.100 têtes de bétail au profit d’éleveurs sinistrés

TIZI-OUZOU – Un lot de plus de 6.100 têtes de bétail destiné aux éleveurs victimes des incendies du mois d’août écoulé, a été réceptionné, mercredi, par la wilaya de Tizi-Ouzou, a indiqué à l’APS, Miloud Tiar, Conseiller du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani.

« En exécution des instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, portant accélération de l’opération d’indemnisation des agriculteurs et éleveurs victimes des incendies derniers et sur initiative du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, la wilaya de Tizi-Ouzou a réceptionné, mercredi, près de 600 bovins et plus de 3.000 ovins et de 2.500 caprins », a précisé M. Tiar.

L’aspect économique a été pris en charge dans cette démarche d’indemnisation des éleveurs sinistrés, afin d’assurer la reproduction du cheptel, a-t-il signalé.

Ces cheptels ont été réceptionnés au niveau de trois sites, qui sont la ferme pilote de Draa Ben Khedda et la ferme Lazari de Sidi Naamane pour le bovin et l’ovin et la Coopérative agricole polyvalente de Tizi-Ouzou (CAPTO) pour le caprin, a-t-il dit, ajoutant que l’opération de distribution sera entamée éminemment.

Il a observé que le ministère de l’Agriculture a décidé, comme première étape, d’entamer l’indemnisation des éleveurs, en attendant d’indemniser les agriculteurs qui ont perdu leurs vergers arboricoles, soulignant que le lancement de la campagne de plantation répond à des exigences climatiques.

Concernant les autres filières agricoles, dont l’arboriculture fruitière, il a fait savoir que deux grandes pépinières ont été déjà mobilisées pour l’acquisition, le stockage des plants et la préparation de l’opération d’indemnisation, à savoir celles de la Direction générale des Forêts (DGF) et du Groupe de Génie Rural (GGR).

Ce même conseiller a indiqué que le ministère de l’Agriculture à mis en place un plan opérationnel et a défini un mode opératoire d’indemnisation. Au titre de cette démarche, il est prévu d’associer les présidents des comités de village dans l’opération d’indemnisation.

« Chaque sinistré doit présenter une copie de sa carte d’identité et signer une décharge qui comportera aussi la signature du président du comité de village, ce dernier étant intégré dans l’organisation et dans l’opération de distribution », a indiqué M. Tiar.

Campagne de vaccination anti-Covid-19: impliquer les cliniques privées à compter du 04 septembre

Campagne de vaccination anti-Covid-19: impliquer les cliniques privées à compter du 04 septembre

ALGER – Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid  a reçu les représentants du Bureau national du Syndicat national des praticiens libéraux, avec lesquels il a évoqué les dernières démarches administratives et logistiques relatives à l’implication des cliniques privées dans l’opération de vaccination contre le Coronavirus (Covid-19), prévue le 04 septembre en cours, a indiqué mercredi un communiqué du ministère.

Dans le cadre des efforts du ministère visant la promotion de la campagne de vaccination anti-Covid-19, le ministre de la Santé a reçu une délégation du Bureau national du Syndicat national des praticiens libéraux, représentée par Moubarak Haykel et Belbaoueb Lokman, à l’effet de « parachever les dernières démarches administratives et logistiques relatives à l’association des cliniques privées dans l’opération de vaccination, prévue le 04 septembre en cours », a précisé le communiqué.

A cette occasion, M. Benbouzid a salué « le rôle majeur » des praticiens libéraux dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, à travers la prise en charge des patients au niveau de leurs cliniques, rappelant à ce propos « les grands sacrifices » de l’armée blanche depuis l’apparition de la pandémie jusqu’à ce jour.

Le ministre a souligné en outre que la participation du secteur privé dans la campagne de vaccination se voulait « un acquis supplémentaire » pour le système sanitaire en Algérie, d’autant que l’opération de vaccination demeure « l’arme unique » pour limiter le nombre de décès dus au virus.

A cet effet, le ministre de la Santé s’est dit « optimiste » quant à la réussite de la campagne nationale de vaccination anti-Covid-19, et ce au vu de « la confiance placée par les citoyens en leur médecin traitant ».

Dans ce sillage, le ministère de la Santé « lancera un guide au profit des médecins libéraux incluant nombre de directives administratives et techniques à même d’assurer la réussite de la campagne nationale de vaccination », a souligné le communiqué.

Ledit guide fixera une série de conditions et d’éléments nécessaires au médecin libéral en vue d’effectuer la vaccination au niveau de sa clinique, lesquels se déclinent en mesures à respecter, dont notamment « l’identification de la catégorie des médecins autorisés à pratiquer la vaccination. Il s’agit là des médecins généralistes et spécialistes agréés titulaires d’une assurance de responsabilité civile professionnelle, et ce après avoir suivi une formation spécialisée ».

Le guide souligne également « l’impératif de l’aménagement, au niveau du cabinet, d’un espace réservé à la vaccination, lequel devra être doté de tous les moyens nécessaires à cette opération ». La prise de rendez-vous préalable est nécessaire pour les citoyens dont le nombre est fixé selon les doses disponibles au niveau de la clinique, acquises auprès des établissements publics de la santé de proximité. Tous les citoyens, âgés de plus de 18 ans, peuvent se faire vacciner au niveau de ces cliniques ».

A noter que le guide inclut « les détails relatifs à la pratique de la vaccination anti-Covid-19 au niveau des cliniques privées, une opération qui intervient après l’association des pharmaciens d’officine dans une démarche qui vise à vacciner un plus grand nombre de citoyens », conclut la même source.

Covid-19 ; le vaccin chinois V-01 entre dans les essais cliniques de phase III

Covid-19 ; le vaccin chinois V-01 entre dans les essais cliniques de phase III

Un vaccin à protéine de fusion recombinante contre la COVID-19 (V-01), développé et fabriqué en Chine, a été approuvé pour des essais cliniques de phase III aux Philippines.

Le vaccin V-01 a été mis au point par l’Institut de biophysique dépendant de l’Académie des sciences de Chine et le groupe Livzon Pharmaceutical Group Inc. (LivzonBio) dans la province chinoise du Guangdong (sud).

Le V-01 est un vaccin à protéine de fusion recombinante dont l’antigène est le domaine de liaison au récepteur (RBD, receptor-binding domain), qui est la partie la plus importante de la liaison de la protéine de spicule du virus avec les récepteurs ACE2 des cellules humaines.

Le processus de liaison permet au virus d’accéder aux cellules de l’hôte et conduit à l’infection.

La Food and Drug Administration des Philippines a donné son accord pour l’essai clinique de phase III du vaccin V-01 afin d’évaluer sa sécurité et son efficacité.

L’essai a commencé à recruter des participants chez les adultes âgés de 18 ans et plus dans le pays. Le premier participant a été recruté le 25 août et a reçu la première dose.

Hu Zhenxiang, vice-président de LivzonBio, a déclaré à Xinhua que les essais de phase I et de phase II du vaccin V-01 avaient donné des résultats satisfaisants.

Sahara occidental: le Groupe de New York interpelle le SG de l’ONU et le Conseil de sécurité

Sahara occidental: le Groupe de New York interpelle le SG de l’ONU et le Conseil de sécurité

Les membres du Groupe de Soutien de New York pour l’indépendance du Sahara occidental  ont appelé, mercredi, le Secrétaire général de l’ONU à assumer ses responsabilités en vue de mettre un terme à l’occupation des territoires sahraouis par le Maroc.

« Les 298 organisations membres du Groupe de Soutien de New York pour l’indépendance du Sahara occidental invitent le Secrétaire général de l’ONU à assumer personnellement la responsabilité de réunir les deux parties au conflit autour de la table afin de trouver le moyen de mettre un terme à l’occupation illégale du Territoire Non Autonome du Sahara occidental », ont indiqué les membres du groupe dans une lettre ouverte adressée aux Conseil de sécurité et au Secrétaire général de l’ONU à l’occasion du 30e anniversaire du déploiement, dans les territoires sahraouis, du premier contingent de la Minurso (Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental).

Ils invitent également les membres du Conseil de sécurité « à s’opposer, ou pour le moins à s’abstenir, à l’adoption de toute résolution qui s’écarterait de l’esprit des résolutions 658 (27/06/1990) et 690 (29/04/1991) et qui ne prévoirait pas explicitement le libre exercice du droit à l’autodétermination et à l’indépendance du peuple sahraoui ».

Ils rappellent, à ce propos,  » que les termes du Plan de Règlement soumis conjointement par le Secrétaire général de l’ONU et le Président en exercice de la Conférence de chefs d’Etats et de gouvernement de l’OUA, approuvé par le Conseil de sécurité le 27 juin 1990, prévoyait que le peuple du Sahara occidental choisira, librement et démocratiquement, entre l’indépendance et l’intégration au Maroc ».

3 causes majeures à l’origine de la « faillite » de la Minurso

Ils précisent que ‘le référendum devait être organisé 24 semaines après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu ». « Le cessez-le-feu étant entré en vigueur le 6 septembre 1991, le référendum d’autodétermination du peuple sahraoui aurait dû se tenir entre fin février et début mars 1992 !! « , signalent-ils.

D’autre part, ils avancent trois causes majeures à l’origine de la « faillite » de la Minurso et de l’ONU au Sahara occidental. La première de ces causes est liée à l’attitude du Royaume du Maroc. « Depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu au Sahara occidental, le Royaume du Maroc a tout mis en œuvre pour empêcher l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple Sahraoui », assurent-ils.

Les membres du groupe de New York dénoncent également la position des Etats-Unis et celle de la France, tous les deux membres permanents du Conseil de sécurité.

« Aujourd’hui encore, les deux puissances fournissent au Royaume du Maroc la quasi-totalité de son armement, qui est utilisé contre le peuple sahraoui pour maintenir une occupation illégale, et elles déploient tous leurs efforts pour convaincre les autres membres du Conseil de sécurité d’avaliser des résolutions dont la substance s’éloigne de plus en plus de l’esprit des résolutions 658 (27/06/1990) et 690 (29/04/1991) », expliquent-ils.

« La France (ancienne Puissance coloniale du Maroc), de concert avec l’Espagne (Puissance administrante de jure du Sahara occidental) exercent toute leur influence au sein de l’Union Européenne pour imposer des accords de celle-ci avec le Royaume du Maroc qui incluent le Territoire Non Autonome du Sahara occidental, bien que la Cour de Justice de l’Union Européenne ait clairement établi que le Royaume du Maroc n’exerce pas sa souveraineté ni sur le territoire du Sahara occidental, ni sur ses eaux territoriale », dénoncent-ils.

En troisième lieu, le groupe de New York pointe un doigt accusateur en direction de l’ONU elle-même. « Les Secrétaires Généraux qui se sont succédé à la tête de l’organisation, au lieu d’être les garants de la Charte de l’ONU et de rappeler à tous les acteurs en présence les principes de la Charte et les normes du droit international qui s’appliquent aux territoires Non Autonomes, ils ont participé à une dérive sémantique censée cautionner une occupation illégale », soutiennent-ils.

Le groupe de New York estime, par ailleurs, que  » la persistante occupation illégale du Territoire Non Autonome du Sahara occidental de la part du Royaume du Maroc engendre la perpétuation des crimes liés à la disparition forcée » et favorise les atteintes aux droits de l’homme de manière générale. Elle engendre également « la violation de la souveraineté permanente du peuple sahraoui sur ses ressources naturelles ».

Elle permet « à des compagnies marocaines (souvent directement ou indirectement de propriété de la famille royale marocaine) et étrangères de tirer d’énormes profits des ressources naturelles terrestres et halieutiques du Territoire, conclut la lettre.